Le forum de la méthode Sedona, la RT, et du Travail de Byron Katie Index du Forum

Le forum de la méthode Sedona, la RT, et du Travail de Byron Katie
C'est un forum de discussion basé sur la Méthode Sedona, de la RT et du Travail de Byron Katie.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'expérience de Mireille

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le forum de la méthode Sedona, la RT, et du Travail de Byron Katie Index du Forum -> Le forum de la méthode Sedona et du Travail de Byron Katie -> La méthode sédona
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Aoû 2009
Messages: 90

MessagePosté le: Mer 28 Oct - 19:39 (2009)    Sujet du message: L'expérience de Mireille Répondre en citant

Avec la permission de Mireille, une pratiquante des enseignements de Lester, je vous poste son journal. Très intéressant à lire! Je ne fais aucun commentaire, je vous laisse le lire d'abord.

Bonne lecture et surtout merci à Miereille de me donner la permission de publier ton journal. Smile

 





Récit : mélange de journal et de réflexions ajoutées au journal. 
         : aussi ébauche de travail sur soi.

15 sept 09
 
-  Retour au 14 mars  2009. 
 
 -  5 fractures: métatarses 2-3-4  dr. cassés, rotule : 2 fractures rotule jambe droite, ma jambe solide, en glissant devant l'ordi.  (Faut pas courir après les souris!).  Grand plâtre bleu, et dépourvue de mes moyens..... Le md de l'urgence croyait que j'aurais une chirurgie, mais l'ortho a dit non.  Une chance. Le CLSC doit se pointer d'ici 24 h.  Peut-être que c'est ça être en Chr.....t!   -  Je suis inconfortable assise à l'ordi, (en réalité, partout) mais je continue mon journal, quelques mots ici et là.
 
-   La traversée du désert recommence. (Polio à 6 ans et une trentaine de fractures déjà à mon actif).  Je suis à la maison et mes questions sont : comment vais-je m'en sortir cette fois?  Est-ce que je veux m'en sortir?  Est-ce que je peux m'en sortir?
 
-  Si j'avais été une chatte, on m'aurait endormie pour l'éternité. Cela a été mon souhait le plus ardent pendant plusieurs jours.  Comment pouvais-je avoir la force de vivre encore?  Je le dis, ce sont les gens autour de moi, les enfants et mes livres, qui m'ont donné le courage de continuer à danser dans ma tête.
 
-  Quelle chance aussi d'habiter ici.  À St-Laurent, je n'aurais pas pu rester à l'appart.
 
-  Les 2 premières semaines : tous mes transferts, du fauteuil roulant à la  toilette, à mon lit, au salon se font à bout de bras et à haut risque de chute chaque fois.  Douleur?  J’oublie ça, pas le temps d'y penser.  Mes techniques chéries?  Je les maudis.  Aujourd'hui, je réalise pourtant que je fonctionnais sur le Zen presque tout le temps. 10 heures à l'urgence samedi : respiration.  7 heures à l'urgence le lendemain : je respirais.  Je cherchais la paix en moi, c'était le seul endroit où je pouvais la trouver.  Mon corps fonctionnait si peu.  Dans le fond, c'était l'horreur.  Quand on est l'objet de l'horreur, on n'a pas le temps de s'en formaliser.  Faut garder le nez hors de l'eau.
 
-  Malmenée par de sordides pensées, j'ai lu et relu l'histoire de Lester Levenson.  J'ai accroché à ses questions, que je connaissais, mais qui, ce jour-là, ont pris un autre sens.  
 
 
"For a smart boy Lester, you are stupid, stupid, stupid! All that knowledge has availed you nothing. And here you are looking for more, wanting more books written by someone else who hasn't found the answers either."
"That's that!" he told himself. "I'm finished with all that crap."
With that decision, he felt a lifetime burden lift from his shoulders. Suddenly he felt light, almost giddy. He realized he had actually been looking for the same answers all his life, but now he knew, without a doubt, that if they were to be found in any of the conventional places, he would have already found them.
He would have to look somewhere else. And he thought he knew where.
He would put all that useless knowledge aside, disregard everything he'd learned, go back to the lab and start from scratch. The problems were within him, he reasoned. It was his body, his mind, his emotions. The answers must be within him, too. That was his lab and that's where he would look. It felt good. He went to his chair and began................
Plus loin,      
"First," he asked himself,  "was I   experiencing a lack of love that day?"
"Yes," he answered aloud. "Nobody gave a damn about me, not the nurses, not the orderlies, not even Dr. Schultz. They did not care. As sick as I was, they threw me out, sent me home to die so they wouldn't have to watch one of their failures... well, the hell with them. They can all go to hell."  He was shocked at the vehemence in his voice.
His body trembled with rage and he felt weak. He really hated the doctor. He could feel it burning in his chest. "Oh, boy" he thought, " this sure isn't love."
"Well, can I change it?" he asked. "Is it possible to turn it into love for the doctor?"   "Hell, no," he thought, "why should I? What did he ever do to deserve any love?"
"That's not the point," he answered himself. "The point is not whether he deserves love. The point is, can you do it? Is it possible to simply change a feeling of hatred into a feeling of love - not for the benefit of the other person but for yourself?"
As the thought crossed his mind, he felt something break loose in his chest. A gentle easing, a sense of dissolving, and the burning sensation was gone. He didn't trust it at first. It seemed too easy so he pictured again the scene with Dr. Schultz in the hospital. He was surprised to find that it brought only a mild feeling of resentment rather than the previous intense burning hatred. He wondered if he could do it again.
"Let's see," he thought, "what did I just do?... Oh, yes. Can I change this feeling of resentment into a feeling of love?" He chuckled as he felt the resentment dissolve in his chest. Then it was totally gone and he was happy. He thought of Dr. Schultz again, pictured him in his mind and felt happy, even loving. He saw now, reliving that last meeting, how the doctor had hated to tell him the things he had to say. He could feel the doctor's pain at having to tell a young man in the prime of his life that his life was over.  "Doctor Schultz, you son-of-a-gun," he said, grinning, "I love you."
"Well, it worked on that one," he thought. "If my theory is sound, then it should work on everything."
www.releasetechnique.com   (Levenson, a physicist, alors condamné à mourir, a survécu 43 ans........).
 
-  Je suis revenue à la source jusqu'à ce que je me parle à mon tour.  " La mort, t'as pas à t'en occuper, elle va venir de toute façon".  Ouf! Détente. C'est fou ce que ça m'a reposée de ne plus y penser. Je dois avouer que je n'ai pas encore saisi qu'en réalité, on n'a pas à se préoccuper.  Se préoccuper n'aide personne.
-   "Maintenant, tu es sur ce fauteuil, du côté malheur.  Il n'y a qu'une ligne entre le malheur et le bonheur.  Ce sont les 2 facettes de la même médaille. Regarde bien. Laquelle choisis-tu? " .
-  J'ai alors imaginé une ligne sur mon plancher, mon côté gris et l'autre côté, lumineux, ensoleillé et "heureux".  Après une bonne heure de cogitation, je suis tombée du côté bonheur en ce jour béni. J'ai plongé dedans. Je crois que c'était le 12e jour après la chute du côté fractures.   J'étais là, immobile, sur mon butt, à expérimenter, comme si c'était la première fois, le Butt System de Levenson.   I am "Still"  on my "Butt", you understand what I mean?   Dieu sait que je savais de quoi je parlais. J'ai eu quelques rechutes.... c'est le cas de le dire, mais peu importantes.
 
   -   J'ai touché et retouché, ce que Tolle appelle le malheur de fond (je l'ai fait à la manière  de Levenson) qui est la somme de toutes nos déceptions banales et pourtant fondamentales, pour ensuite dire oui, je suis et j'accepte.  J'ai tenté d'y revenir à chaque petit tourment. Je me surprends en  flagrant délit négatif   et d'attachement à ces moments négatifs  (malaise, pensée, peine, déception, peur, douleur, besoin de contrôle, rejet, résistance, désapprobation...  ) à toute heure du jour.  Je le fais encore.  C'est un travail très délicat. Travail d'orfèvre.  Mon monde au ralenti me le permet et grâce à ce travail, j'ai de merveilleuses surprises chaque jour. Elles m'attendent partout.
 
-  J'ai cessé de me raidir, de résister, de refuser, de me battre, de vouloir autre chose que ce que j'ai,  que ce qui est. Je ne suis pas encore imperturbable...un état atteint par Levenson.
 
-  Le moment présent est comme il est - toujours.  Pouvez-vous le lui permettre?
 
-  J'ai lu 10,000 pages de Ed McBain pour me faire plaisir.  + Ken Follet. + John le Carré.  Et plein d'autres auteurs.  Lu et écouté Tolle pour me rassembler.  J'ai respiré avec lui, avec le Dalaï-Lama, avec Gurgjieff et son "Je suis", aussi en cohérence cardiaque et pour finir, en cohérence totale.   J'ai continué mon groupe EFT chez moi.  J'ai trouvé ma technique personnelle de paix. Je la raffine chaque jour.  Je suis là pour ça.
 
27 mars
 
-  Plâtre enlevé.  Il a été enlevé parce que j'ai fait ma demande si calmement que le md m'a dit qu'on pouvait envisager l'enlever. Attelle jambe droite en remplacement.  Cheville facile à mobiliser.  Pied non douloureux, mais si fragile et bleu marine, même en dessous.
 
30 mars
 
-   J'ai lavé un peu de vaisselle "debout" !   La vie a encore le dernier mot... , moi aussi.
 
11 avril 2009
 
 -  Oui je l'ai fait : je suis allée au hockey avec Samuel (mon fils).  Le merveilleux de l'affaire c'est que je suis maintenant capable de me lever   "toute seule ", à partir du siège d'auto!!!!  3 petits pas et puis m'asseoir sur le fauteuil.  C'est ma Résurrection à moi.
 
16 avril
 
-  Je suis redevenue heureuse. Je peux dire que les 2 dernières semaines, j'étais calme, en paix, très intense, mais peut-être encore un peu loin de ma joie de vivre.    Tout à coup ce fut clair. 
 
Exemple de travail :
 
-    " Je déteste faire l'épicerie".  :-)  (Une de mes clientes  dit ça).  Pour moi quand, quand je remarque que je maintiens une résistante à quelqu'un ou à quelque chose,  j'essaie de me libérer de mon attachement à ne pas aimer. 
-   Je me pose les questions : est-ce que ça me donne quelque chose de ne pas aimer? 
-   Est-ce que je suis plus parce que je n'aime pas?  (Tolle).
-   Est-ce que je peux me permettre de penser qu'il est possible de me libérer de cet attachement au non à la vie, au non à l'amour de ce qui est? 
-  Si je peux me le permettre (penser m'en libérer), est-ce que je pourrais le faire, est-ce que je voudrais le faire et quand?  ( Levenson).
-   Je sens alors circuler et se libérer, parfois juste par un petit trou imaginaire, l'énergie négative.  Je crois que chaque chose vient en son temps (« La neige tombe, avec chaque flocon à la bonne place."  Dicton zen. ), que je suis responsable à 100 % de ma réaction aux événements de la vie, que la paix est en moi et que je peux y avoir accès quand je veux.  Une forme d'agitation qui m'habitait est disparue. J'adore ça. 
 
27 avril
 
Bonjour à tous, toutes,
 
-  Pour la première fois en 44 jours,  j'écris dans une position assise,  les 2 genoux pliés!  Quelques heures après avoir enlevé l'attelle, mon genou droit plie presque à 90 degrés.  Pas de douleur ou si peu.  Oedème localisé cependant.  J'ai reçu mon congé médical.  Il semble que la guérison soit presque terminée.  À 9h demain la physio sera ici, timing parfait.
 
-  Je me sens comme un grand bébé qui expérimente ce que tout le monde connaît, mais ne le réalise plus... Aussi, mon cerveau se pose des questions, car la jambe la plus faible est devenue la plus solide. Je suis inversée.
 
Merci à toute ma famille et ami(e)s pour votre soutien.  Vous m'aidez à rester vivante et à danser dans ma tête,
 
Mireille  xox
 
 
 
-------------------------------------------------
Retour au 15 septembre
 
-  Et quand je regarde mon journal, je vois que je ne chiale plus jamais.  J'apprends à être.  Je suis. Aussi, je suis contente et je me sens plus solide qu'avant.  Toute cette expérience m'a rapprochée de moi.
 
 "Everything is either an opportunity to grow or an obstacle to keep you from growing. You get to choose." Dr. Wayne Dye
 
-  Le mot R-A-L-E-N-T-I-R, envoyé par Yvan  (formateur en Feldenkrais) au moment où je voulais me remettre à courir ( !?) a résonné très fort en moi. J'ai appris à aimer ça.  Dans le fond,  je réapprends à aimer tout.  Demain, je vais pratiquer ma technique de paix avec mon groupe EFT.  Je suis un peu loin de EFT maintenant.  Je le fais moins.
 
-    Encore aujourd'hui, je prends conscience que je vis la vie que je veux vivre. Chaque moment est à sa place. Je prends plaisir à faire et à ne rien faire.  Je me trouve privilégiée d'avoir cette liberté. C'est du bonheur.  Privilégiée de trouver les auteurs, les humains, les animaux qui me font me sentir bien dans ce monde.  Je ne me suis jamais sentie aussi proche de moi.  Merci la vie.  Mon feeling le plus profond est que ça ne peut que s'améliorer. 
 
Was there a limit to happiness? So far, he hadn't found any boundaries to it and the possibilities were staggering. ( Levenson Story ).
 
 
- Mon erreur est de croire trop souvent, que ce qui m'aide est bon, aussi pour les autres.   Chacun a son modèle, je dirais même son circuit.  Circuit qui répond à une fréquence qui lui est personnelle. Ce qui me fait dire qu'on peut proposer, mais jamais agir pour l'autre. Plusieurs "clients" repartent d'ici enchantés, mais ne pratiquent pas par la suite. Un minimum de 3 minutes, 3 fois /jour pour s'occuper de soi, semble difficile à atteindre. (Dr David O'Hare)  
 
-  Il s'agit plus qu'apprendre ou choisir une méthode pour améliorer son bien-être, il faut l'agir, la faire, la pratiquer.  Comme un jeune patineur. En quelques heures seulement, il apprend à se tenir sur ses patins. Le reste lui appartient.  Il patine chaque jour pour devenir champion s'il le désire.
 
-  À part ça, Yvan (formateur en Feldenkrais) dit que j'ai un nouveau swing quand je marche.  Je lui ai dit que c'était mon côté sexy qui se manifestait  :-).  De plus, on me dit que mon sourire est encore plus beau!  Que désirer de plus?
 
22 sept 09
 
- Je crois bien que je peux maintenant fermer ce dossier.  Étape franchie avec succès. Je me sens capable de me laisser un peu, pour aller ailleurs.  Pour y retrouver qui ?  Moi.
 
Mireille, de tout coeur
 



gLaunchProfile.start('RT_GB');


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 28 Oct - 19:39 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le forum de la méthode Sedona, la RT, et du Travail de Byron Katie Index du Forum -> Le forum de la méthode Sedona et du Travail de Byron Katie -> La méthode sédona Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com